Ballons de rugby anciens
  

De l'IRFB à l'IRB



Vers 1888 l'International Board devient l'autorité suprême du rugby. Elle régit les règles du jeu à XV et résoud les conflits. Son siège est à Dublin. L'Irlande, l'Ecosse et le Pays de Galles en sont ses premiers membres.

L'Angleterre adhère en 1890. Un arbitrage d'honneur a tranché et le premier comité exécutif de l'IRFB se compose comme suit : six Anglais, deux Ecossais, deux Irlandais et deux Gallois.

En 1930, il est décidé que toute rencontre doit être joué selon les lois du Board. L'instance veille au respect des lois du rugby et leurs révisions ne se font pas sans son aval. Les caractéristiques du ballon par exemple. Il est admis, dès les années 20, que des balles plus ovales conviennent mieux au jeu à la main. Mais il faut attendre 1931 pour que l'accentuation de la forme ovale du ballon de rugby soit effective.

Le 22 mars 1985 à Paris, c'est encore l'IRFB qui décide la tenue de la première Coupe du monde de rugby. Elle sera conjointement organisée par la Nouvelle-Zélande et en Australie en 1987. Dans le même temps, le Board modifie deux règles du jeu. Un joueur plaqué pourra désormais relâcher la balle au sol mais il doit le faire vers l'arrière et en mouvement. Pour limiter les accidents vertébraux, les rugbymen ne pourront plus avoir les épaules plus basses que les hanches dans les mêlées comme dans les mauls.

Au fils des années, le nombre de pays adhérents à l'IRFB s'accroît. L'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud deviennent membres en 1949. La France rejoint cette instance en 1978. Le Canada fait de même en 1986. Suivent en 1987 l'Argentine, les îles Fidji, l'Italie, le Japon, la Roumanie, les Etats-Unis, les Tonga et le Zimbabwe. C'est au tour des Samoa, de l'Espagne et de la Côte d'Ivoire en 1988. L'Uruguay adhère à l'International Board en 1989 avant la Namibie en 1990 et la Géorgie un an plus tard. Aujourd'hui, l'IRFB devenue IRB (International Rugby Board) en 1998 seulement, compte 95 pays membres.

Le comité exécutif de cette institution se réunit actuellement deux fois par an. Onze nations le composent. Celles du feu Tournoi des cinq nations, l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande, le Pays de Galles et la France, possèdent deux sièges ainsi que les trois plus importantes formations de l'hémisphère sud, à savoir la Nouvelle-Zélande, l'Australie, et l'Afrique du Sud. A ce comité exécutif s'ajoute quatre autres pays qui n'ont qu'un siège : l'Argentine, l'Italie, le Canada et la Japon. Cet ensemble forme le comité général qui se réunit tous les deux ans. Des réunions régionales ont, toutefois, lieu régulièrement.

L'International Rugby Board contrôle plusieurs compétitions telles que les coupes du monde de rugby à XV masculine et féminine, les coupes du monde de rugby des moins de 21 ans et des moins de 19 ans, la Coupe du monde de rugby à VII et l'IRB Sevens, un tournoi mondial de rugby à VII.

En 1995, l'instance internationale met fin à l'amateurisme dans son sport. La troisième Coupe du monde de rugby, organisée et remportée par une Afrique du Sud unie, est une réussite médiatique et financière. Le montant des droits de diffusion à la télévision des compétitions s'envolent. Les joueurs veulent leur part du gâteau. En tout cas, davantage que les quelque 26 euros par jour que l'International Board a offert à ceux qui ont participé au Mondial. Le 27 août, à Paris, l'IRB modifie la loi fondamentale du rugby à XV : dès lors, « il n'y aura pas d'interdiction de paiement ou de toute autre forme de profit des personnes participant au jeu ». Et par là même fait entrer le rugby dans l'ère du professionnalisme.



En partenariat avec :

Collection-rugby : réédition
unique de
ballons de rugby en
cuir des années 30 !


  

Liens partenaires | Webmasters | Réalisé par Pixis